Les étonnants pouvoirs de transformation du cerveau

En Hatha Yoga, lorsqu’il est impossible ou difficile de tenir une posture, on recommande de faire mentalement la posture. C’est à dire que le pratiquant de yoga s’installe dans une position plus confortable et visualise les mouvements, en même temps qu’il pratique la respiration. Il est admit, et constaté, depuis très longtemps que cette visualisation apportait des bienfaits similaires à la posture réalisée physiquement.

Aujourd’hui, les derniers travaux en neurosciences ont démontré, scientifiquement, ce qui avait été constaté de très longue date par les yogis. Vous trouverez ci-après, à titre d’illustration, un court extrait  du livre « Les étonnants pouvoirs de transformation du cerveau, guérir grâce à la neuroplasticité »  de Norma DOIDGE. Chez Pocket évolution, 2008.

« Une des raisons que le cerveau peut se transformer uniquement par l’imagination, c’est que du point de vue neuroscientifique, concevoir mentalement un acte et le réaliser ne sont pas deux choses aussi différentes que l’on serait tenté de le croire. Lorsqu’on ferme les yeux et que l’on visualise la lettre A, le cortex visuel primaire, réagit de   la même façon que si l’on écrivait le caractère A.

Les scanographies le montrent : il arrive fréquemment que les mêmes régions cérébrales soient actives dans l’action et dans l’imagination ; C’est pourquoi, le fait de visualiser mentalement une tâche peut nous aider à la réaliser.

Dans une expérience aussi simple qu’incroyable, les Drs Guang Yue et Kelly Cole ont montré qu’imaginer que l’on se sert d’un muscle déterminé le fortifie de fait bel et bien ; comme dans l’expérience avec les pianistes (NDLR : référence à une autre expérience de même nature citée dans le livre), il s’agissait de 2 groupes, l’un faisant l’exercice, et l’autre se bornant à l’imaginer. Les deux groupes devaient enchainer des épreuves de 15 contractions maximum du muscle d’un doigt, avec une pause de 15 secondes en chaque, du lundi au vendredi, pendant 4 semaines.

A la fin de l’expérience, les sujets du groupe physique avaient augmenté leur force musculaire de 30%, ceux du groupe mental de 22%. L’explication réside dans les neurones  moteurs qui programment la mobilité. Ils sont abondamment sollicités pendant l’exercice abstrait et l’effet d’entraînement leur donne plus d’efficacité quand les muscles sont contractés. »

 

Auteur : Marie

Marie LEFEUVRE pratique régulièrement le Hatha Yoga depuis une dizaine d'années et partage le plaisir de cette pratique au sein de la structure Ateliers Yoga qu'elle a créée en 2013.

Les commentaires sont fermés.